Algérie Economie Français À la une

Banques : Des produits innovants

Très offensive, Salam Bank, dont le nombre de clients ne cesse d’aller crescendo, poursuit sa politique de développement et de diversification de ses produits d’épargne et de crédit conformes aux préceptes de la shari’a. Joint par nos soins, Nasser Hideur, directeur, précise qu’«après la réussite de son livret d’épargne «Hadiyati», formule qui permet la souscription d’un dépôt d’investissement pour compte d’autrui à titre de cadeau, la banque s’apprête à lancer un livret d’épargne hadj et omra».

Ce produit, enchaîne M. Hideur, «permet à l’épargnant de fructifier les sommes déposées dans ce compte jusqu’à atteindre le coût du pèlerinage». Où en est le projet ?

«La banque est en pourparlers avec des agences de voyages, ainsi que l’Office national du hadj et de la omra afin d’obtenir pour cette catégorie d’épargnants des prix préférentiels, voire la possibilité d’avoir quelques visas hadj qui feront l’objet d’un tirage au sort entre les épargnants remplissant certaines conditions.»

Plus explicite, le premier responsable de Salam Bank indique que cette démarche s’inscrit dans le cadre de la promotion de la culture de l’épargne, de l’investissement, de l’inclusion financière des ménages, outre les entreprises économiques.

Les formules d’épargne et d’investissement de la banque, explique M. Hideur «suscitent l’engouement de nombreux citoyens et agents économiques, d’autant plus que les taux de rémunération de ces dépôts sur la base du partage des bénéfices générés par les financements auxquels ils ont contribué, se situent entre 4 et 6% l’an en fonction de leur durée. Ils sont ainsi parmi les niveau de rendement les plus élevés de la place».
Multipliant les prouesses, Salam Bank passe à l’inédit en matière de produits crédit.

Pour remédier à la faible capacité d’accession aux formules de financement d’acquisition de logements compte  tenu du niveau élevé des prix comparativement aux revenus de la majorité des ménages, la banque, précise M. Hideur, a lancé un produit «ijara mina al batin».

Il s’agit de «louer un logement ou un local à usage commercial ou professionnel, préalablement choisi par son client, en vue de le sous-louer à ce dernier. Cette formule présente l’avantage de fractionner le paiement des loyers dus par le locataire mensuellement, au lieu de décaisser d’avance le montant annuel tel qu’exigé habituellement par les propriétaires».

Ce n’est pas tout. L’offre «permet aussi de booster le marché locatif comme substitut conjoncturel à celui de l’acquisition qui requiert des revenus plus conséquents et nécessite la mobilisation de ressources bancaires à long terme».
Pour le crédit auto, Salam Bank enregistre des chiffres pour le moins probants. Durant le premier semestre 2019, ce sont 7.136 dossiers traités et 5.863 véhicules livrés. Impressionnant !
Par ailleurs, il convient de préciser que Salam Bank, comme l’annonce son directeur, dynamique, ambitieux et pragmatique, a initié également une formule de financement de la formation au profit des entreprises et des professions libérales à travers le produits «ijarat al khadamate» consistant à acquérir un programme de formation professionnel ou académique en vue le sous-louer à l’entreprise ou au professionnel moyennant le paiement de loyers mensuels.
L’autre défi auquel M. Hideur tient comme à la prunelle de ses yeux, consiste en la digitalisation progressive des services de la banque et après l’élargissement de son produit de mobile banking «my salam» au virement intra et interbancaire. Dans cette optique, Salam Bank «travaille sur la mise en place d’une solution d’ouverture de compte et de demande de crédit en ligne dans le but de permettre aux citoyens des régions où elle ne dispose pas d’une représentation de bénéficier des ses prestations fortement demandées à l’intérieur du pays». Ceci dit, la banque poursuit l’implantation de son réseau d’agences dans différentes localités. «C’est ainsi qu’elle s’apprête à ouvrir très prochainement ses agences de M’sila et d’Aïn Oussara, outre celles d’Oran 2, de Bordj Bou-Arréridj et de Béjaïa, en cours d’aménagement».

Source El Moudjahid

Related posts

Sonatrach: installation des nouveaux divisionnaires

Meissa Cheikh

Un gisement de pétrole «géant» découvert au Mexique

Meissa Cheikh

L’Afrique, un continent propice au développement de smart cities

Meissa Cheikh

Leave a Comment

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More