Français À la une Pétrole et gaz

Des tonnes de pétrole pollué empoisonnent les relations entre la Russie et ses clients européens

Une pollution d’origine criminelle du pipeline Droujba a perturbé les livraisons de pétrole russe à des entreprises européennes comme ENI et Total. La société publique russe Transneft devrait payer les compensations mais leur montant est inconnu.

Qui paiera le premier pour les tonnes de pétrole contaminé importé de Russie via le pipeline Droujba qui traverse l’Ukraine et la Biélorussie ? La question préoccupe non seulement les sociétés de transit de Biélorussie et d’Ukraine qui plaident des dégâts causés à leurs infrastructures, mais aussi les entreprises du secteur énergétique européen comme Total et Eni.

Fin avril, Transneft, société publique russe de transport d’hydrocarbures, a été obligée d’interrompre l’approvisionnement de plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, via l’oléoduc Droujba, en raison d’un problème de contamination qualifié par les autorités russes de «délibéré» et qui se serait produit sur le territoire russe.

Le pétrole était pollué par des dérivés de chlore utilisés dans la production de pétrole pour en augmenter la production, mais dangereux en quantité élevée pour l’équipement des centrales de raffinage. Les quantités de produit chimique se sont révélées bien supérieures à la quantité maximale autorisée et Total a même dû interrompre le fonctionnement de sa raffinerie de Leuna située en Allemagne.

Selon le ministère russe de l’Energie, les livraisons normales par pipeline devraient reprendre dans la deuxième quinzaine de mai. La société publique de transport d’hydrocarbures Transneft paiera les compensations quand le montant des dommages sera connu précisément, au terme des travaux d’une commission spéciale.

De 100 à 500 millions de dollars de préjudice à estimer

En attendant, Total et Eni, principales clientes en Europe des compagnies pétrolières russes, sont entrées dans un contentieux avec leurs fournisseurs Rosneft et Surgut et refusent de payer pour le pétrole contaminé. Les livraisons précédentes ne sont pas en cause et les compagnies continuent d’acheter du pétrole russe des mêmes fournisseurs par d’autres voies d’acheminement dont des tankers. En revanche, le paiement pour plusieurs millions de barils qui devait être effectué avant le 15 mai a été bloqué.

En théorie, les acheteurs occidentaux ont le droit de refuser de payer le pétrole acheté sans savoir qu’il était contaminé, car chaque contrat de vente de pétrole est accompagné d’un passeport de qualité. Celui-ci détermine la composition chimique des livraisons et sert de base juridique en cas de conflit.

De leur côté, les entreprises russes invoquent la loi russe qui régit les ventes de pétrole livré via le pipeline Droujba. Elle stipule que le paiement doit être effectué et que, si la qualité est insuffisante, elle doit être accompagnée d’une réclamation en dommages-intérêts, dont le traitement peut prendre des mois, voire des années.

Cité par la presse russe le 15 mai, le ministre de l’Energie Alexandre Novak aurait estimé le montant du préjudice à une centaine de millions de dollars. La Biélorussie de son côté a estimé les volumes de pétrole contaminé à environ neuf millions de barils, soit plus de 500 millions de dollars aux prix actuels.

Source RT France

Related posts

L’armée algérienne parmi les 30 plus puissantes armées au monde

Meissa Cheikh

Blé : L’Algérie vise à réduire considérablement ses importations

Meissa Cheikh

Des tonnes de pétrole russe contaminé empoisonnent la vie de BP et Glencore

Meissa Cheikh

Leave a Comment

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More