Français À la une Pétrole et gaz

Après-pétrole : « Au Maghreb, il y a eu des annonces mais aucune réforme pour diversifier l’économie »

La rente associée à l’exploitation des hydrocarbures reste la principale source de revenu pour de nombreux pays arabo-musulmans. Si cette ressource est précieuse, elle n’est pas illimitée, et préparer l’après-pétrole s’impose comme une nécessité. La chercheuse Nassima Ouhab-Alathamneh décrypte les enjeux de cette urgente diversification.

L’une des grandes questions auxquelles les pays arabo-musulmans seront confrontés à l’avenir est la diversification de leurs économies. Alors que ces pays sont en train de « puiser dans leurs ressources », ils continuent à dépendre essentiellement de la rente des hydrocarbures. L’or noir, cette « manne tombée du ciel », a permis aux gouvernements de se contenter pratiquement d’une seule source de financement.

Mais trouver une alternative au gaz et au pétrole est devenu de plus en plus urgent, selon Nassima Ouhab-Alathamneh. La chercheuse sur les mutations politiques et économiques du monde arabe, auteure de L’après-pétrole dans le monde arabe et musulman. De la dépendance aux stratégies alternatives (L’Harmattan, 2018), évoque cette incontournable transformation.

Jeune Afrique : À quel point les économies des pays de l’Afrique du Nord et du Golfe sont-elles dépendantes des revenus provenant de l’exploitation des hydrocarbures ?

Nassima Ouhab-Alathamneh : Les revenus de ces pays dépendent en moyenne à 97 % de la rente du pétrole et du gaz. Ce sont des économies qui ne sont pas du tout diversifiées et n’ont pas d’autres sources de revenus importantes à part les hydrocarbures. Si c’est le cas bien évidemment des pétromonarchies du Golfe, l’Égypte, la Libye et l’Algérie sont également concernés.

DANS LE GOLFE, LES SECTEURS DES SERVICES, DU TOURISME ET DE LA FINANCE SONT EN TRAIN DE SE DÉVELOPPER, MAIS AU MAGHREB ILS RESTENT À LA TRAÎNE

Dans le Golfe, les secteurs des services, du tourisme et de la finance sont en train de se développer, mais au Maghreb ils restent à la traîne. Ils pourraient grandir parallèlement en bénéficiant de l’argent du pétrole, mais ce n’est pas encore le cas. Pourtant, cette diversification ne peut plus attendre : elle est nécessaire pour préparer ces États à l’après-pétrole.

Pourquoi cette diversification n’a-t-elle pas encore eu lieu ?

Pour plusieurs raisons. Le problème, c’est que les revenus du pétrole se trouvent dans des circuits économiques extérieurs aux États même, souvent dans des banques européennes ou américaines. Ainsi, les pays arabes n’en bénéficient pas directement. Il faudrait donc développer une épargne nationale et investir cet argent dans et pour le pays qui produit cette rente pétrolière.

Le manque cruel de transparence dans la gestion de l’argent public et la corruption structurelle ont également un impact non négligeable. Ces facteurs combinés portent atteinte aux intérêts nationaux et aux développements économiques de ces pays.

Ces États se trouvent donc dans une situation paradoxale : ils exportent une énorme richesse, mais leurs économies restent très fragiles. Comment l’expliquez-vous ?

À partir des années 1970, dans la foulée des indépendances, la plupart des pays de la région ont commencé à nationaliser leurs ressources. Ce changement a généré énormément d’argent. Mais plusieurs ont développé un modèle économique qui s’est révélé être le mauvais choix en termes de besoins nationaux. On observe alors une planification étatique déconnectée de la réalité économique et sociale post-indépendance.

L’élite s’est longtemps contentée de cette « manne tombée du ciel »,sans chercher d’autres sources de financement de l’économie. C’est ainsi que la Libye, l’Algérie ou encore l’Égypte ont tout misé sur l’industrie du pétrole, en pensant pouvoir assurer le développement parallèle du pays à partir de cette rente. Mais cet effet d’entraînement n’a pas eu lieu.

C’est pourquoi, dans les années 1980, ils se sont tous trouvés endettés. Le choc pétrolier a entraîné la sujétion de ces pays aux plans d’ajustement structurels élaborés par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale.

Il existe pourtant de nombreuses différences entre les nations du Maghreb et celles du Golfe…

Bien sûr. Leurs structures étatiques différentes influencent directement leur régime économique. En termes de population aussi, les pays du Maghreb sont plus peuplés que des petits États comme le Qatar et les Émirats arabes unis, qui possèdent plus de ressources.

IL FAUT CONSIDÉRER AUSSI QUE, MALHEUREUSEMENT, LE CHANGEMENT OU LE PROGRÈS SE DÉROULENT PLUS RAPIDEMENT DANS UN SYSTÈME AUTORITAIRE OÙ LA GESTION DU POUVOIR EST FORTEMENT CENTRALISÉE

Il faut considérer aussi que, malheureusement, le changement ou le progrès se déroulent plus rapidement dans un système autoritaire où la gestion du pouvoir est fortement centralisée. À l’heure actuelle, seuls les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Qatar ont réussi à mettre véritablement en place des mesures préparant l’après-pétrole, grâce à la promotion du tourisme et des IDE [Investissements directs à l’étranger].

Vous observez des changements importants dans le Golfe, mais qu’en est-il au Maghreb ?

Effectivement, cette transition est en train de se mettre en place dans le Golfe, où les différents plans Vision ont tous d’une manière ou d’une autre pour objectif de trouver des sources de revenu alternatives à la rente pétrolière. Par exemple, l’Arabie saoudite et les Émirats ont récemment introduit pour la première fois la TVA à 5 %.

Au Maghreb, il y a eu plusieurs annonces mais aucune réelle réforme. On observe un véritable manque de volonté politique, combiné à un déficit de coopération entre pays. Pour le moment, cette rente politique, c’est de l’argent facile duquel ils ne souhaitent pas s’affranchir. À moins qu’il y ait prochainement un changement radical dans l’élite qui nous gouverne. L’une des possibilités pour l’Afrique du Nord serait de développer un marché commun qui profiterait à tout le monde.

Quelles sont les conséquences de ce manque de volonté politique ?

S’il n’y a pas un changement dans les années à venir, on assistera à une crise économique. Ces pays risquent de se retrouver endettés s’ils ne disposent plus du revenu dérivé de la rente pétrolière, et de devoir de nouveau faire appel aux institutions financières internationales pour ajuster leurs économies.

Ils sont déjà en train de puiser dans leurs réserves et dépendent fortement du prix du baril. Dans le cas de l’Algérie et de la Libye, ils ont besoin d’un prix d’environ 85 dollars, mais aujourd’hui on est en dessous. Leur budget est déjà en déséquilibre.

Source Jeune Afrique

Related posts

Le panier de l’OPEP à 72,47 dollars le baril

Meissa Cheikh

Les États-Unis accordent un sursis de 90 jours à Huawei

Meissa Cheikh

One Country That Could Win Big From The U.S., China Trade War

Meissa Cheikh

Leave a Comment

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More