Français À la une LNG Pétrole et gaz

Directeur de Shell: la Russie pourrait devenir le principal producteur de GNL

D’après le directeur de l’entreprise pétrolière Shell, la Russie, qui n’occupe aujourd’hui que la deuxième place dans la production de gaz naturel liquéfié (GNL), pourrait devancer les États-Unis et devenir leader dans ce domaine.

La Russie est en bonne voie pour devenir le producteur le plus important au monde de gaz naturel liquéfié (GNL), a confié à l’agence RIA Novosti le directeur de l’entreprise pétrolière anglo-néerlandaise Shell. Aujourd’hui, le pays apparaît comme le deuxième au monde à avoir la plus forte croissance de sa production de GNL, derrière les États-Unis.

«Le monde demande plus de gaz naturel pour la satisfaction des besoins croissants en énergie, pour compléter les ressources renouvelables et évincer le charbon du domaine de l’énergie. La Russie possède des possibilités immenses.

Elle est déjà le plus grand exportateur mondial de gaz naturel et possède les plus grands stocks commerciaux de gaz dans le monde. Aujourd’hui, la Russie est à la deuxième place en matière de production de gaz naturel au monde, cependant, elle est capable de monter à la première», a expliqué Ben van Beurden.

Il a rappelé que pendant les vingt dernières années, le groupe gazier russe Gazprom en coopération avec Shell a réalisé le projet Nord Stream, ainsi qu’organisé la première production russe de GNL dans l’usine Sakhaline-2.

En outre, ces deux entreprises pétrolières travaillent ensemble afin d’achever encore deux projets, le Nord Stream 2 et la nouvelle usine Baltic LNG dans la zone portuaire d’Oust-Louga (nord).

«Cela n’est qu’une petite partie de ce qui a été atteint en 20 ans. Le potentiel pour les 20 ans à venir est encore plus grand.

En prenant en considération l’excellente expérience russe dans l’industrie de la production de gaz, sa science académique de pointe qui est source d’innovations, et ses ressources naturelles abondantes, la Russie peut facilement réaliser ce potentiel de développement de la branche, qui non seulement apportera du profit au pays, mais sera aussi nécessaire au monde dans la décision face au problème du changement climatique.»

Selon le ministère russe de l’Énergie, la Russie a disposé de 725.000 milliards de mètres cubes de gaz naturel en 2018.

Quant aux États-Unis, d’après les chiffres de l’Agence d’information sur l’énergie, ils en extrayaient presque 862.000 milliards de mètres cubes la même année.

Source sputnik france

Related posts

Assurance : hausse de 4,4% du chiffre d’affaires de la SAA en 2018

Meissa Cheikh

Pétrole : les efforts conjoints des pays à l’origine de la stabilisation des marchés

Meissa Cheikh

Un partenariat historique entre Microsoft et Sony à propos du cloud gaming

Meissa Cheikh

Leave a Comment

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More